Per Noste vient de publier une traduction occitane de huit nouvelles de Jean Giono, dont « Lo qui plantava arbes » (« L’homme qui plantait des arbres »).

« Opposant ceux qui plantent des arbres et ceux qui les arrachent, celui qui essaie d’adoucir l’agonie d’une hase blessée et celui qui n’hésite pas à briser dans sa main épaisse l’aile d’une colombe des bois, Giono soulève une même question qui devient sans nul doute cruciale dans le monde d’aujourd’hui : quelle est la place qu’occupe l’homme dans la nature et quel est le rôle qu’il peut ou doit y jouer ? » – Per Noste

En savoir plus