La troisième édition des journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel co-organisée par l’Ethnopôle InÒc Aquitaine et le laboratoire ITEM de l’UPPA, en partenariat avec le Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture, a eu lieu du 18 au 22 février à Bielle dans la Vallée d’Ossau.
Une trentaine d’étudiants et des professionnels ont participé à cette édition qui avait pour thématique centrale le patrimoine culturel immatériel en territoire de montagne et qui pour l’occasion a établit un partenariat avec le Parc National des Pyrénées.

Les journées de formation visaient à sensibiliser les participants à la notion de patrimoine culturel immatériel, aux méthodologies et procédures de constitution de l’Inventaire national et aux outils de valorisation existants pour ce patrimoine vivant et en constante transformation.
La formation était constituée par des présentations de professionnels qui travaillent dans le domaine du patrimoine culturel immatériel en France à différentes échelles, aussi bien que par des travaux pratiques d’enquêtes sur le terrain et d’élaboration des fiches d’inventaire, et par des soirées culturelles de découverte du patrimoine culturel immatériel de la Vallée d’Ossau.

Fumiko Ohinata (chef de l’Unité de mise en œuvre de la convention de sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO) et Isabelle Chave (conservateur en chef du patrimoine et adjointe au chef du Département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique à la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture et de la Communication) ont ouvert le premier jour de formation par une présentation sur la Convention pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel de 2003 de l’UNESCO dont la France est signataire et sur les principaux enjeux de son implémentation au niveau national et international.

Les journées de formation ont compté aussi avec la participation de Guy Di Méo (Géographe) qui a exposé les relations entre les pratiques humaines et la constitution des territoires, Dominique Cunchinabe (Anthropologue) qui a présenté la pratique du feu pastoral en montagne et piémont pyrénéen, Raphaële Garreta (Chargée de mission à l’ethnologie, Conservatoire botanique national des Pyrénées et Midi-Pyrénées) qui a parlé des savoir-faire des cueilleurs professionnels de plantes sauvages et de Marie-Tatiana Martin (Chargée des médiations numériques & EAC, Ethnopôle InOc Aquitaine) qui a exposé le travail de valorisation numérique du patrimoine culturel immatériel mené par l’Institut Occitan.

Un des points forts de la formation était la possibilité d'échanger avec des acteurs régionaux qui font vivre les pratiques culturelles de la vallée d’Ossau lors de tables rondes et d'enquêtes sur le terrain. Gérard Sarailh (Maire de Louvie-Soubiron), Joseph Paroix (Berger, Bilhères-en-Ossau), Isabelle Bergès (Vice-présidente chargée de la culture - Communauté de communes de la Vallée d’Ossau), Jean-Lin Fourguet Poncy (Technicien animateur pastoral) et Mathilde Esquer (Muséographe, responsable de la refonte du Musée d’Ossau) ont participé à la table-ronde « Patrimoine culturel immatériel : connaître, transmettre, valoriser » lors du troisième jour de formation.

Les étudiants ont pu découvrir en début de semaine les contes pyrénéens avec David Bordes et Pierre Vidal agrémentés de chants avec Los Arrosecs. Ils ont également assisté à une diffusion publique, au cinéma de Laruns, du film de Didier Peyrusqué, Amontanhada en Aussau, suivi d’une discussion entre l’auteur du film, Patrice Peyrucq, berger du film, et la salle regroupant 130 personnes. En fin de semaine, les étudiants ont réalisé un exercice d’enquête sur le territoire auprès de détenteurs de savoir-faire de la Vallée d’Ossau.

Quelques photos de la formation :