"SET DE LENGA" qu'ei ua proposicion hèita per Le Bel Ordinaire, lo Centre d'art contemporanèu de la C.D.A Pau Pirenèus, en partenariat dab la direccion deus ahars culturaus de la C.D.A., lo CAP'Òc e l'InÒc Aquitània. Deu 12 dinc au 19 d'abriu 2012 qui avó tavalhetas dens los restaurants e los cafès de l'aglomeracion Pau-Pirenèus, du 12 au 19 avril 2012.

Aqueras tavalhetas au format "A3-paisatge", que s'emberogeishen d'expressions tradicionaus bearnesas, dab la traduccion ; que las podetz audir çai-dejós.

Las illustracions d'aqueras expressions que las an hèitas escolans de la mairau dinc au licèu, dens l'encastre de talhèrs de practica artistica, dab un artista-intervienent, plastician-grafista tipografe : Patrice Chaminade (ancian ensenhaire a l'escòla de las Bèras Arts de Pau) Véder las tavalhetas .

Le bel ordinaire en occitan : la brocadura deu Centre d'art contemporanèu de l'aglomeracion paulina (genèr-junh) qu'ei bilingua. Qu'acompanha atau la dinamica de promocion de la cultura occitana de la C.D.A Pau Pirenèus.
Le « Bel Ordinaire » que s'engatja tanben a prepausar visitas bilinguas de las soas mustras.

Espiatz los arreproèrs seleccionats e escotatz-los :

Drins a drins.


Petit à petit.

Amic de cadun, amic de digun.


Ami de tout le monde, ami de personne.

Que vau mei petar en companhia que morí's sol.


Il vaut mieux péter en compagnie que mourir seul.

Que vau mei ua sardina suu pan qu'un perdigat qui vòla

Il vaut mieux une sardine sur le pain qu'un perdreau qui vole.(Il vaut mieux un que deux tu l'auras.)

Boca barrada, mosca non i entra.

Quand la bouche est fermée, les mouches n'y entrent pas. (Il vaut mieux se taire que trop parler)

Cap de taula, vente de lop.

Le convive placé en bout de table a une faim de loup.

Que cau móler quan lo vent boha.

Il faut moudre quand le vent souffle. (Il faut attraper la balle au bond.)

Que cau saber balhar un mocader tà gahar un linçòu.

Il faut savoir donner un mouchoir pour attraper un drap.

Que cau saber har l'aso tad aver bren.

Il faut savoir faire l'âne pour avoir du son.

Entà plan laurar, que cau atelar son aralh a ua estela.

Pour bien labourer, il faut atteler sa charrue à une étoile.

Entà un amic, que n'i a tostemps pro.

Il y en a toujours assez pour un ami.

Qu'ei aucupat com un arrat dab tres esquilhòts.

Il est occupé comme un rat avec trois noix.

Qu'ei vadut vestit.

Il est né tout habillé. (Être né avec une cuillère d'argent dans la bouche.)

Lo qui parla que semia, lo qui escota qu'amassa.

Celui qui parle sème, celui qui écoute récolte.

Lo qui's lhèva matin, que gaha la lèbe.

Celui qui se lève tôt attrape le lièvre. (L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt.)

Parla, papèr ; cara't, lenga !

Parle papier, tais-toi langue ! (Les écrits restent, les paroles s'envolent.)

Que plau tostemps sus los molhats.

Il pleut toujours sur les mouillés. (Le malheur frappe toujours les malheureux.)

Quan luseish lo sorelh, la lua n'a qu'a clucar l'uelh.

Quand le soleil brille, la lune n'a qu'à fermer l'œil.

Quauquarren i a quan lo can e laira.

Il y a quelque chose quand le chien aboie.(Il n'y a pas de fumée sans feu.)

Que n'a sòus com un harri plumas.

Il a autant d'argent qu'un crapaud a de plumes.

Que vòu ensenhar los peishs a nadar.

Il veut apprendre à nager aux poissons. (C'est un vantard.)

Qui dab cans va, apren a lairar.

Qui va avec les chiens, apprend à aboyer.

Ric qui pòt, urós qui sap.

Riche qui peut, heureux qui sait.

Se n'ès pas polit, sias aunèste.

Si tu n'es pas poli, soit honnête.

N'i a pas que las montanhas qui ne s'encontran pas.

Il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas.

Cèu anherin, ploja en camin.

Ciel moutonné, pluie en chemin.

Quan hè sorelh e qui plau, las broishas hèn au horn, e lo cohet marida sa hilha.

Quand il fait soleil et qu'il pleut, les sorcières sont au four, et le diable marie sa fille.

Vola, vola-maria, doman que harà bèth dia.

Vole, coccinelle, demain il fera beau.

Auba roja, vent o ploja.

Aube rouge, vent ou pluie.

Atau que va tostemps lo monde, perdonar l'esparvèr e punir la colomba.

Ainsi va toujours le monde, pardonner à l'épervier et punir la colombe.

Que vau miélher alucar la lutz, que's plànher de l'escur.

Il vaut mieux allumer la lumière plutôt que de se plaindre de l'obscurité.

Çò qui uelh non ved, còr non crèba.

Ce que l'œil ne voit pas, ne donne pas de crève-cœur.

Qu'ei un gran plaser de minjar, quan non cau arren pagar.

C'est un grand plaisir de manger, quand il n'y a rien à payer.

La vertat qu'ei com la garbura, si la vòs bona o sabrosa, que la cau saber adobar.

La vérité c'est comme la garbure, si tu la veux bonne et savoureuse, il faut savoir l'assaisonner.

Qu'a lo cap au ras deu bonet.

Il a la tête près du béret. (Il est têtu.)

Aver lo còr pelut.

Avoir le cœur poilu. (Avoir des tripes.)

Lo gat n'a pas tot çò qui nhaula.

Le chat n'a pas tout ce qu'il miaule.

Qu'a popat lèit de sauma.

Il a tété du lait d'ânesse. (C'est un imbécile.)

Trebucar n'ei pas càder.

Trébucher n'est pas tomber.

Qu'aima tant lo tribalh que s'i ajaçaré dessús.

Il aime tant le travail qu'il s'y coucherait dessus. (C'est un fainéant)

Anar a hum de calhau.

Aller très vite.(Allusion aux roues qui au contact des pierres font voler en fumée la poussière soulevée.)

Vente plen que pòrta camas.

Ventre plein porte jambes. (L'estomac bien rempli remonte le moral.)

Qu'a cama dinc au jolh.

Il a des jambes jusqu'aux genoux. (Il est comme tout le monde.)

Bèstia com lo gave ei long.

Bête comme le gave est long.

Verd e blu, que'm foti de tu.

Vert et bleu, je me fous de toi.

Geishen los bròcs prumèr que las eslors.

Les épines sortent avant les fleurs.

Bèth temps d'ivèrn, santat de vielh, amor de mossur, arren de segur.

Beau temps d'hiver, santé de vieillard, amour de monsieur, rien de sûr.